mercredi 5 juin 2013

Communiqué des élus municipaux de l'Union Pour Aulnay- UMP

Les conseillers municipaux de l'Union Pour Aulnay (UPA) sont satisfaits de l'investiture de Bruno BESCHIZZA par la commission nationale de l'UMP et tiennent à le féliciter chaleureusement. 

Bien que cette investiture doive être avalisée par le Conseil national de l'UMP, nous sommes certains qu'il est l'homme du rassemblement dont Aulnay a besoin. 

Bruno BESCHIZZA a toujours défendu les valeurs de la droite et du centre. Son parcours, au service des autres, a démontré son attachement profond à la fois aux valeurs d’autorité qu'aux valeurs d'humanisme.

Enfant de notre département, élu régional depuis 2010, il a toujours été aux côtés des habitants de la Seine-Saint-Denis, dont les Aulnaysiens. À cette occasion, il a démontré sa capacité à rassembler la droite et le centre, ce qui est indispensable pour la reconquête d' Aulnay.

Notre ville est à la croisée des chemins. Alors qu'elle est en plein déclin économique, que l'insécurité s'accentue partout, des opportunités majeures comme le grand Paris réclament une vision régionale autant que locale.

Sa candidature est une chance pour la ville d'Aulnay et nous lui affirmons et apportons tout notre soutien. Il pourra compter sur une équipe soudée et motivée qui travaillera de concert avec lui pour tous les Aulnaysiens.

-- 
Séverine Maroun

Déléguée de la 10ème Circonscription

AFP : Beschizza investi par l'UMP pour les municipales à Aulnay-sous-Bois

Bobigny : Le secrétaire national de l'UMP à la sécurité, Bruno Beschizza, a indiqué mardi à l'AFP qu'il briguerait le poste de maire d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) aux élections municipales de 2014.
Depuis la semaine dernière, "je suis le candidat officiellement investi par la commission nationale d'investiture de l'UMP coprésidée par Jean-François Copé et François Fillon", a déclaré M. Beschizza, candidat malheureux aux législatives de juin 2012 dans le département.
Cette investiture doit encore être formellement avalisée par un Conseil national du parti à une date qui n'a pas encore été décidée.
Devançant toute critique sur un "parachutage" dans cette ville devenue un symbole de la crise avec la fermeture en 2014 de l'usine du constructeur PSA Peugeot Citroën, M. Beschizza s'est présenté comme "un pur produit de la Seine-Saint-Denis".
Ce conseiller général de 45 ans, né à Montreuil, père de cinq enfants et vivant à Rosny-sous-Bois, a assuré qu'il allait s'installer dans la commune dans les mois qui viennent. "Je ne vois pas comment on peut porter un projet sans vivre dans la ville", a expliqué l'élu, titularisé dans le corps des sous-préfets par Nicolas Sarkozy entre les deux tours de la dernière élection présidentielle.
M. Beschizza avait été nommé sous-préfet hors cadre dès son élection au conseil régional d'Ile-de-France, en avril 2010, ce qui lui permettait de retrouver un salaire équivalent à celui qu'il percevait comme haut gradé de la police, une fonction qu'il avait dû abandonner car elle était incompatible avec un mandat électif, selon plusieurs sources.
La ville de 82.000 habitants, dont l'usine automobile employait quelque 3.000 personnes, est dirigée par le socialiste Gérard Segura, qui l'a conquise en 2008 en battant le maire sortant UMP Gérard Gaudron.
"J'arrive avec la main tendue vers toutes les forces de la droite républicaine française, et l'UDI en fait partie", a souligné M. Beschizza, qui dit vouloir "montrer le visage d'une droite qui rassemble".

2013/06/04 16:47:15 GMT+02:00
MSE02307 #770846 DVBP 2502 DZL14 (4) AFP (313)

jeudi 25 avril 2013

"Aulnay ne doit plus rimer avec insécurité !" Le communiqué !

Vous trouverez dans ce post le communiqué de presse de l'UPA concernant l'école Louis-Aragon et l'affaire de méthadone.


lundi 22 avril 2013

En espérant qu’un jour le terme « insécurité » ne rimera plus avec Aulnay-sous-Bois…


Cette fois-ci, ce sont les habitants du Gros-Saule qui tirent la sonnette d’alarme. Cela fait tout juste un an, à la suite du départ à la retraite de la gardienne de l’établissement scolaire Louis-Aragon, que les allées et venues se multiplient aux abords de l’école en-dehors des heures d’ouverture. Bruit, sentiment d’insécurité, dégradation de biens publics, couteaux et désormais flacons de méthadone (substitut à l’héroïne…) … sont le lot quotidien, nuit et jour du voisinage.

Après avoir alerté le Maire, à plusieurs reprises, de ces problèmes récurrents d’incivilité, après avoir demandé au Maire le remplacement de la gardienne, après avoir alerté l’ensemble de la municipalité sur ce climat de violence qui s’installe nuit et jour, les familles d’élèves ont appris que Gérard Segura refusait de nommer un nouveau gardien par mesure d'économie ! Rien que ça… Une mère citée dans le parisien : « on ne demande pas grand-chose, juste la sécurité pour nos enfants ! »

Si cela continue, on va finir par penser que la sécurité des habitants n’est malheureusement pas la priorité numéro 1 de notre cher Maire Segura - le bien-être des Aulnaysiens et de leurs enfants n’étant qu’une préoccupation mineure pour notre belle majorité socialo-communiste.

Par conséquent, le nombre d’agressions aux abords des écoles a augmenté de façon exponentielle, sans oublier que des enfants de l’école Louis-Aragon ont trouvé des couteaux à deux reprises dans la cour de récréation. Jusqu’à quand cette situation va-t-elle durer ? Que faut-il faire pour que le Maire entende, une bonne fois pour toutes, le désespoir de ces familles qui déposent tous les matins, la boule au ventre, leurs enfants à l’école ?

Alors, Monsieur Segura, soyez enfin courageux et embauchez un nouveau gardien ! Sans oublier d’installer des caméras aux abords de l’école !

Ah mais oui c’est vrai, vos alliés communistes estiment que les caméras de vidéo-surveillance sont une atteinte à la « liberté » de l’individu… On avait oublié…

UPA

vendredi 19 avril 2013

M. SEGURA ET SA MAJORITE FANTÔME RENFORCENT SA COM. !



Depuis plusieurs conseils municipaux, le maire est incapable de réunir sa majorité. En effet, sur les 30 conseillers municipaux qui forment cette dernière, on compte chaque fois une dizaine d’absences régulières.

Récemment, deux membres de cette majorité, messieurs Benjana et Guendouz étaient virés pour absences répétées. Ces derniers ont expliqué qu’un profond désaccord était à l’origine de cette politique de la chaise vide.

On se demande à présent quels vont être les suivants. D’autant plus qu’hier soir, lors du vote de destitution du mandat d’adjoint au maire de M. Benjana, un membre de la majorité s’est prononcé contre, à bulletin secret.

C’est dire si l’ambiance est bonne ! Devant tant de désordre, l’ensemble des élus de l’opposition ont quitté hier, le conseil municipal avant la fin de la séance, contraignant le maire à lever la séance. Une façon de lui rappeler qu’on ne peut, sans cesse, mépriser la parole des conseillers municipaux, quand on n’a même plus la capacité d’avoir le quorum !

Pour palier à ces difficultés qui vont encore s’amplifier à l’approche des élections, le maire a multiplié hier les délibérations concernant sa communication.

Ainsi, il veut créer un office du tourisme (sans rire), pour vanter toutes les bonnes actions de la ville. Et nous qui pensions que c’était déjà fait …

Mais ce n’est pas tout, un « club des partenaires » va aussi voir le jour qui a, lui aussi, dans ses attributions de « promouvoir l'image de la ville ». Décidemment quel besoin de « vendre »!

Et comme si cela ne suffisait pas, le maire a proposé hier au conseil municipal de mettre une banderole appelant à la construction du futur commissariat sur le terrain qu’il a prévu pour cela : un sévère aveu d’impuissance et une façon de faire encore de la communication auprès des électeurs ! L’ensemble des élus de l’opposition ont refusé cette action totalement illégale dans le cadre de la campagne électorale.

Alors que tout va mal pour la ville : délinquance au plus haut, développement économique au plus bas, urbanisme décrié, autisme du gouvernement; le maire choisit d’investir encore plus dans la seule chose qu’il contrôle encore : la communication.

Aulnaysiens : attention à la publicité mensongère !

lundi 15 avril 2013

Battle de l'Association VNR : Non à sa suppression !

Cette année, l'association VNR fête les 10 ans de son Battle ! Mais nous avons été alerté qu'à moins de 7 semaines de la date habituelle de la tenue de cette manifestation internationale, l'association était sans aucune nouvelle de la Mairie et cela depuis des mois.
L'équipe municipale précédente n'avait pas hésité, il y a 10 ans, à soutenir cette initiative forte de l'association VNR. Elle a d'ailleurs toujours soutenu ce projet qui, au fur et à mesure des années, est devenu un événement de renommée internationale, tout en restant un spectacle très apprécié des Aulnaysiens, notamment des plus jeunes.
Cette façon de faire du Maire et de son équipe, incapable de donner une réponse claire depuis plus de 6 mois à l'association VNR, est inadmissible.
Elle démontre un mépris profond pour tout ce qui n'est pas directement "au service du maire" et apparaît comme la négation totale du travail mené depuis longtemps par des passionnés.
Même si, compte tenu du temps restant, il sera très difficile à VNR de monter un événement à la hauteur de ce qui est fait chaque année, nous sommons le Maire d'assurer, comme nous l'avons toujours fait, la tenue de ce Battle international qui prône la mixité, y compris en se déroulant dans le centre ville, au gymnase Pierre Scohy.
Si des économies sont à faire, elles sont ici mal placées. Le coût d'une telle manifestation pourrait, par exemple, être financée par une simple baisse de 10% des indemnités des élus de la majorité ! Cela en dit long sur leur choix ...
Alors monsieur le Maire, ne sacrifiez pas l'un des seuls événements populaires et de dimension internationale dont notre ville dispose !